Recevez par e-mail les dernières photographies

Juste l'âme d'une photographie

Dans le frigo depuis plus de 15 ans, un vieux film Polaroïd 055 (avec négatif 4x5 récupérable), s'est montré et a contemplé mes mains - le froid sans doute. Nous nous sommes regardés, souris, des flashs de souvenirs sont arrivés. Je l'ai pris dans la main, soupesé - comme si il avait maigri. Et puis en silence, je suis monté dans la pièce au-dessus prendre le dos 545 qui pouvait recevoir le film - toujours dans ma main. Pas eu à chercher longtemps, nous nous étions vus quelques jours avant. 

Il attendait. 

Une chambre fabriquée à la main par un artisan, posée sur un pied, se languissait de regarder par la fenêtre depuis deux ans et demi, sûrement fâchée d'être reléguée au rang d'objet de décoration. 

Abandon.

Tout est allé très vite, les gestes ne demandaient aucune réflexion. La chambre a été désolidarisée du pied, le dos 545 s'est retrouvé installé, le film 055 est rentré là où il fallait, le papier de protection et le bouchon d'objectif ont été enlevé, posés sur la table, l'obturateur a été armé, la chambre s'est retrouvée stable dans mes mains, pas de viseur, pas de posemètre - je savais qu'il n'y en avait pas besoin. 

Ma main a enclenché et déclenché quatre fois l'obturateur, elle aussi savait. 

Remis la protection du film, sorti le dos de la chambre qui s'est retrouvé posé sur la table, et toujours sans pensées, j'ai tiré sur la languette et le film est sorti à la bonne vitesse dans un geste mémorisé. 

Deux minutes d'attente et j'ai séparé le positif du négatif - le procédé Polaroïd est spirituel, il contient en lui le positif et le négatif, que l'on voit se détacher...

Et voila, elle est là. Le résultat d'une union entre des consciences. Des consciences d'appareils, de film, la mienne. Des âmes qui se retrouvent.